Apprendre ….

Modele d`endommagement de mazars

By on fév 17, 2019 in Non classé | 0 comments

Test d`écaillage: une fissuration post-test sur le spécimen concret [26], b dommages résultant d`un calcul présentant deux fissures principales, c impulsion appliquée sur le bord gauche de l`échantillon, d (sigma) (t) réponse à trois endroits (120, 60, 40 mm à partir du bord droit) présentant une défaillance à 8 ms le modèle μ est basé sur les principes de la mécanique des dommages isotropes. Deux variables thermodynamiques ont été définies pour décrire, dans une formulation 3D, le comportement unilatéral du béton (ouverture et fermeture des fissures), qui est essentiel pour les chargements cycliques, en particulier le comportement sismique des structures en béton. Les applications couvertes par le modèle μ sont principalement des chargements sévères sur des structures en béton. Parmi ces applications, les tremblements de terre seraient un problème important: les tremblements de terre génèrent des chargements cycliques non linéaires sur des éléments structurels. Le taux de déformation est assez petit pour être éliminé comme un problème, contrairement aux explosions et aux chocs. Le laboratoire LMT d`ENS Cachan (France) a mené une campagne expérimentale sur les poutres en béton armé (RC) afin d`étudier les phénomènes qui jouent un rôle majeur dans la réponse des structures RC lors d`un tremblement de terre (Ragueneau et coll. [19], Crambuer et coll. [20]). Les phénomènes tels que l`évolution des dommages lors d`une charge accrue, les effets unilatéraux et la dissipation d`énergie due aux charges cycliques ont tous été analysés. Ces résultats serviront pour les applications qui suivent. Le comportement concret est considéré comme la combinaison de l`élasticité et des dommages; μ modèle dans le plan (sigma_{3}) = 0: traces de la surface d`initiation des dommages (ligne pointillée) et de la surface de défaillance par rapport aux résultats expérimentaux fournis par Kupfer et coll. [18] Toutefois, si nécessaire, il est possible de visualiser après un chemin de chargement donné le surface totale de dégâts grâce aux variables thermodynamiques Y t et Y c. Deux images peuvent donc être dérivées: on utilise Y t, tandis que l`autre utilise Y c, qui sont tous deux représentatifs de la fissuration sous tension et compression respectivement.

Le confinement correspond aux chargements dans le domaine de tri-compression. Le coefficient triaxial r, introduit dans EQ. (14), se situe dans le domaine de confinement et est égal à 0. Comme mentionné à la section 1, les modes de dégâts dépendent de la présence ou de l`absence d`extensions. À ce stade, deux domaines distincts peuvent être considérés: (i) le domaine d`extension autorisé (EA), auquel cas, lors du chargement d`une souche positive existe dans au moins une direction; et (II) un domaine sans extension autorisé (NEA), lorsque le chargement empêche tout type d`extension. Deux modes de dégâts principaux sont considérés comme fissuration (en raison de la tension) et écrasement (dû à la compression), pour être ultérieurement associés à deux variables thermodynamiques Y t et Y c, qui caractérisent l`état de charge extrême atteint dans la partie de traction et partie compression, respectivement, de l`espace de déformation. Le ratio de poisson (nu) est responsable de l`extension transversale. Pour une valeur donnée de (nu), généralement égale à 0,2, il est simple de montrer que C = 0 pour les valeurs β supérieures ou égales à 0,25. Pour éviter tout dommage au cours de la première étape, β = 0,25 a été choisie. Ensuite, au cours de la deuxième étape, β (= S/ (sigma_{1})) diminue, ce qui permet à d d`évoluer jusqu`à l`échec (Fig. 13). Dans le cadre de continuum Media, pour simuler un comportement concret, soit la plasticité (Ottosen [2], Dragon et coll.

[3]), les approches basées sur la fracture (Bazant [4], Carpinteri [5]), les modèles d`endommagement (Mazars [1], Mazars et al. [6], simo et al. [7], Jirasek [8]) ou un modèle de dommages plastiques (Lee et Fenves [9], Jason et al.